Une épidémie de peste au XV ème siècle ayant décimé la population gasconne de Monségur et de ses alentours, des colons saintongeais viennent repeupler les terres seigneuriales et les abbayes.

Ils sont appelés gavaches (étrangers) ou "marots".

 

"Jh’avons ensuite la p’tite Gavacherie ou la Gavacherie d’Monségur, coumm’ son nom z’indique, ol’est l’canton d’Monségur et quequ’communes d’auLot-et-Garonne. Jh’app’lons les habitants «les Gavaches» ou «les Marots ».

Jhusqu’au 15éme sièqu’, les Gavacheries alliant jhusqu’à l’ouest d’Bourdiâ, à l’est Ste-Foy la Grande et au sud de Marmande. A z'étiant à couté. A z'étiant collé et mé grande.

"

 

http://monpatoislegabaye.blogspot.fr/2008/08/pays-gabaye-grande-gavacherie-et-petite.html

 

 

L'année 1453, avait vu la bataille de Castillon et l'intégration définitive du duché de Guyenne au Royaume de France. Les exactions de l'armée d'invasion furent considérables.

 

Il fallut repeupler et remettre en état le pays. L'offre de repeuplement fut adressée par les seigneurs ecclésiastiques, abbayes, prieurés, archevêché et quelques laïcs, elle s'exerça efficacement sur des paysans en mal de déracinement qui vivotaient dans leurs contrées.

 

Venus en majorité des pays d'oil et incrustés dans un milieu d'oc, où ils conservèrent leurs langues et leurs coutumes, ces étrangers reçurent des Gascons le surnom péjoratif de Gavaches ou de Gabaïls.

 

En 1991, le Recteur Poussou s'exprimait ainsi : "l'originalité de ce peuplement, c'est qu'il concerne des migrants nés majoritairement dans les pays de langue d'oïl, ils créèrent la "Petite Gavacherie" dont la toponymie et l'anthroponymie sont tout à fait différentes de celles du reste de l'Aquitaine. Du point de vue rural, ce repeuplement de la fin du Moyen Age constitue la grande modification de la population régionale, entre la venue des Wisigoths et le XX° siècle".

 

On ne venait pas en masse d'un coup, d'abord il y avait un aventureux qui tentait sa chance, et s'il réussissait, il revenait chercher de la main-d'oeuvre au pays, auprès de ses parents, de ses amis, leur promettant une meilleure vie, et aussi, assurant les candidats au départ, de la fiabilité des promesses faites.

 

Grâce aux nouveaux venus, l'aspect du pays fut changé. Il le fut d'abord grâce à la remise en état de nombreux mayens et chemins. A leurs débuts, les immigrants spécialisés dans la culture des céréales ou l'élevage, semèrent du blé, mirent en pré, répondant aux voeux du roi à cause des disettes, mais peu à peu ils se firent vignerons.

 

http://www.cgso-bordeaux.org/travaux-gavaches.htm

 

 

Dans les années 50

Saint-Vivien-de-Monségur (Petite Gavacherie) : "Seuls les sujets de plus de 40 ans parlent encore le gavache."

 

http://bearniaiseries.blogspot.fr/2013/01/la-vitalite-du-gascon-dapres-lalg.html

 

 

Juste un mot sur les gavaches (prononcer gabatchs). Ils vivent au nord, dans les régions froides et peu civilisées des montagnes centrales. Ils parlent patois et ne sont bons qu’à faire brouter les vaches. A certaines saisons ils descendent dans les terrains méridionaux comme travailleurs périodiques. C’est l’occasion pour nous de voir comment ils sont frustes et ignorants. Le gavache est la référence barbare. Il est ce qu’il ne faut pas être. A deux ou trois reprises, par suite de quelque bêtise, j’ai été menacé d’être envoyé dans la montagne pour garder les vaches avec les gavaches. J’en ai pleuré. Un vraie détresse.

 

Les seigneurs gascons locaux font alors appel en masse à la main d’œuvre étrangère (Poitou, Angoumois, Saintonge, Limousin, mais aussi Périgord) pour cultiver les terres laissées à l’abandon.

 

L’autre appel de bras venus de territoires étrangers à la Gascogne fut conséquent aux pertes humaines causées par la peste noire qui sévit dans la région de 1520 à 1527.

 

Ces nouveaux occupants s'établirent jusqu’à Monségur, au Sud-Est de l’Entre-deux-Mers formant un îlot de langue d'oïl noyé au cœur de l'Occitanie.

 

Ils sont nommés par les Gascons « Gavaches » et on appelle ce noyau isolé la « Gavacherie », les « Gavaches » étant des « étrangers », entourés de Gascons, tandis que les populations frontalières des Gascons en Libournais étaient nommées « Gabayes ».

 

http://www.berthomeau.com/article-j-ai-toujours-pense-que-le-jesus-de-nazareth-etait-un-gavache-prononcer-gabatch-121735044.html

 


Références dans autres blogs karmaOs

05/06/2015 smiley : regular_smile Travaux (6) Chanson du Pistolet fleurdatlas 3
24/05/2015 smiley : regular_smile Travaux (5) Chanson gavache pour spectacle fleurdatlas 0